Dréossi, Wiltord et Pagis à l'entraînement (Ouest-France)

Jauni par le temps, mon journal commençait à ressembler à un vieux guide du FC Nantes. La preuve inéluctable que ce club ne vit que dans le passé. Canari boîteux de la Ligue 1, chef de file d'une division inutile, ainsi va la vie chez le voisin d'en-dessous. Il y a pire que nous j'vous dis. Il y a Nantes. Et le PSG. Leur meilleur joueur, c'est leur public. Alors oui, c'est bien de beugler Iciiii c'est Paris !!. Mais il faut se rendre à l'évidence qu'avant tout, là-bas, Cearà. Et accessoirement Bourillon, que Le Guen dépoussière de temps en temps, pour les grandes occasions. Comme une sortie en Vélib'. Ou lorsqu'on monte à la capitale (l'autre, pas la nôtre). Patate de Pemcran est un garçon poli, alors quand il reçoit à la maison, en plus de te laisser repartir avec trois points, il met en valeur tous les cadeaux nazes qu'on lui fait. Trop bon, trop con. Greg le footballeur, même Marjolaine n'y a pas cru.

Je suis Docteur, je soigne. Ils sont joueurs, ils se blessent. Aujourd'hui, j'ai une bande d'éclopés sous la main. Maintenant je cherche même plus à savoir d'où viennent les recrues qu'on me présente, je sais qu'elles reviennent toutes de blessure. Ca doit être sacrément dangereux là-bas. Pourtant, j'étais confiant quand Moreira a mis défintivement fin à sa vie de footballeur en rentrant dans Mensah. J'ai vu en son geste comme un sacrifice pour le bien de la communauté. Une façon de concentrer toutes les blessures sur sa personne. Mais lorsqu'il a fallu dévoiler ses ambitions, j'ai laissé Daniel tirer des plans sur la comète. A coté. Au début, ça allait, on gagnait, Nino et Leroy se balladaient et les défenses adverses étaient toujours quatre garçons dans le vent. Tout roulait alors sur des roulettes. Mais est arrivée la C3. Et patatra, voire vladadam. Travailler plus pour gagner plus, en fait c'est surtout travailler plus pour plus gagner. Aujourd'hui, tout ce qu'on fait c'est prendre les matches les uns après et les autres et l'important, c'est le point. Dire qu'après Lens, on visait le titre. Moreira est encore dans le coup, obligé. En espérant qu'il ne loupe pas le maintien. Mais pas trop d'ambitions, malheureux ! Comme disait Robert Nouzaret : dans le football, un maintien vaut mieux deux que tu l'auras.

Comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, j'ai réfléchi par moi-même pour trouver une solution au problème des blessures. Et j'ai trouvé : je suis allé demander aux joueurs de trouver une solution. Je les ai réunis et c'est Jérôme (le footballeur, pas le chanteur) qui a pris la parole : Coach, j'ai une super idée et c'est pas des blagues : il faut recruter Xavier Méride et le transférer au bout de deux jours. Parce que quand je perds Méride, j'ai l'impression de retrouver une seconde jeunesse. C'est l'effet Méride, efficace pour lutter contre un calendrier surchargé. Jay-Jay déconne et c'est pas une blague. On est en train de le perdre, tout ça ça lui ressemble pas. J'ai regardé Michou, on a compris que rien n'allait plus. Et j'ai pleuré. Mais comme disait Basile Boli : c'est en essuyant des revers que l'on apprend à essuyer ses larmes.

L'autre jour, on s'est promené à Valenciennes et sur un malentendu, on a essayé gagner. Dans le couloir, on a vidé notre sac de ballons sous Ouaddou, au cas où. En vain. Je l'aime bien Abdes mais là il ne me fait plus rire. J'ai aligné un quator offensif Wiltord-Thomert-Briand-Pagis (rayez le joueur inutile). En vain. Pourtant, à la causerie, j'ai fait mon job. Jimmy, sois plus franc dans tout ce que tu entreprends et arrête de tourner autour plot !. Pagis s'est levé , Mensah s'est levé, Pagis s'est rassis. Terrible l'avant match. L'ambiance était tellement électrique que tu prenais des décharges en buvant. J'ai sorti quelques jeux, dont un Scrabeul. Coach, démission, ça prend un ou deux m ? m'a demandé One Teutch Deubal. Un "m" Micka. Ok, c'est cool. Bon bah j'ai un mot : "pierre". Euh. Le pendant, aussi terrible. John était sur les nerfs après sa défaite au Jungle Speed, il a broyé le totem d'une main mais ça n'a pas suffi pour le calmer, alors il a fait mumuse avec Lamarre qui l'a viré. J'ai regardé mon banc, j'aurais bien mis un défenseur. Finalement, j'ai mis Borne. Quel effectif pourri. Pendant qu'en face, joue Sanchez, nous, on joue sans banc. Au moins cette sortie à Valenciennes aura permis à Moreira de prendre un peu l'air. On aurait dit un miraculé qui pouvait à nouveau marcher. Alors on lui a rien dit pour la défaite. Y a bien que lui qui est ressorti content, on allait pas lui gâcher ça.