Au début, j'étais un peu perplexe. Mais qui c'est celui-là ? Il croit qu'il va remplacer mon Cueff comme si de rien n'était ? J'te jure, ça s'appelle Frédéric Marie Joseph Bruno de Laparre de Saint-Sernin alors ça croit pouvoir occuper un poste par prénom et nom. Chez moi, Pierre c'est l'entraîneur et Dréossi le manager. Et Bruno Basta. J'ai un peu senti que ma place était menacée, un pitch est si vite arrivé... Direct, j'suis allé calmer la joie du nouveau. On s'fait un p'tit bateul à coup d'analyses tactiques. Je gagne, c'est byzance breakdown et l'entraînager que je suis n'a plus à craindre pour son poste. En tout cas, c'est ce qui était prévu.

Mais j'avais pas calculé que c'était un pote à Pinault. Bonjour Monsieur Pierre Dréossi. Monsieur François Pinault, un excellent camarade à qui je raconte tout et qui par ailleurs, est l'homme qui peut encore vous sauver d'une fin de saison moyenne grâce à ses millions d'euros, m'a confié la mission suivante : présider le Stade Rennais. Dit comme ça, j'avais plus trop envie de l'embêter. J'ai remplacé mes rimes rebelles par mes couplets consensuels. Une tactique sûre et efficace mais qui n'empêche pas de tenter des trucs. Alors j'lui ai demandé ce qu'on faisait de Manu, si y'avait pas moyen de le recaser quelque part, dans le kop par exemple qu'on rigole un peu. FMJBLSS (sympa le diminutif, c'est toujours mieux que le mien), il rigolait pas.

Ce qui s'opère, c'est un changement dans la continuité. Je tiens à rendre un hommage très fort à Emmanuel Cueff. Le club est sain et repose sur de bonnes bases économiques et sportives. Un club, c'est d'abord une famille avec des valeurs : l'humanisme, la solidarité, mais aussi une valeur d'exemple. Le Stade Rennais doit être proche des réalités locales. Ce qui m'intéresse à Rennes, c'est l'enracinement, l'identité forte de la région. J'espère faire du Stade Rennais un club qui ne ressemble pas aux autres, et défendre cette identité spécifique. Et de faire en sorte que Rennes bénéfice de plus de notoriété sur le plan national. S'il croit m'avoir avec ces paroles mielleuses. On dégage quelqu'un qui a fait du bon boulot, j'adore la logique politique. Mais bon, fallait la fermer. Les amis de mes amis qui ont plein de blé sont mes amis.

Pour bien se faire voir, Saint-Sernin m'a proposé de passer 24 heures avec Jacques Chirac. Parce que lui aussi c'est le pote à Frédéric. Manu avait un moins bon carnet d'adresses, les fêtes de fin d'année au Point y'a quelques mois c'était moins sexy. Déjà un bon point pour le nouveau, je note. Alors on est montés à l'Elysée. Trop la mission pour y entrer, y'a des gardes tactiquement bien en place, on aurait dit ma défense. Et puis l'a bien fallu que je croise Jacques. Pour me gausser j'lui ai passé une cassette de Jacky Sourget, notre speaker, en train de nommer les joueurs pour chauffer le public. Numéro 12, Romaiiiiiiiiiiin...là j'ai eu un doute, c'est pas Willy son prénom ? Enfin bref, le Président a fait semblant de connaître, c'est mignon.

Autour d'une bouteille de cidre, on a parlé de choses sérieuses (leur cidre à Paris il a un goût de despe, c'est dégeu). On a démarré sur la question européenne. Lui aussi a connu certaines difficultés. Moi ça va, j'ai une vingtaine de gars qui flippent dès qu'on leur parle d'Europe mais lui, il doit en gérer des millions. J'te raconte pas le bordel pour faire ses compos. Ensuite j'ai demandé à Jack c'qu'il pensait des paris en ligne. J'suis p'têt à Rennes mais ça m'a fait mal au coeur de voir les Nantais jouer. Sans sponsor-maillot. Il m'a répondu : On gagne toujours quand on parie sur l’homme.. Encore un qui s'est fait d'la thune sur notre dernière défaite. Et là, éclair de génie,j'lui ai rétorqué : Sauf quand y'a Frei, nananère !. J'lai trop cassé. Sur ma lancée, parce que j'prenais la confiance c'est clair, j'ai dérivé sur les emplois fictifs. Cette fiche là je l'avais bien revue avant de le voir. Finalement j'lai fermée, parce que moi j'suis un peu un coach fictif. Mais, entre vous et moi, j'trouve scandaleux que des personnes censées intelligentes puissent confondre cidre et bière, ça m'écoeure vraiment la politique. Pour terminer, j'lui ai demandé s'il pense faire du bon boulot en tant que Président. Plutôt a-t-il affirmé. Donc si j'ai bien compris la logique politique, tu devrais dégager bientôt. J'comprends vite.

Allez yo, sans rancunes j'espère et bon rap Jacques !