Avec Emmanuel Coiffe président, moi-même manager général et Laszlo Bölöni entraîneur, on formait une bande de joyeux lurons. Pour déconner, on a décidé lors de la saison 2004/2005 d'envoyer le club en Coupe de l'UEFA. Tu rends compte, on était vraiment insouciants à l'époque. Me souviens encore voir débouler François Pinault devant nous criant : Vous avez vraiment fait ça ? J'avais le nom de Cueff sur le bout de la langue, prêt à le dénoncer. Après tout, déconner sur le joujou d'un milliardaire, ça ne se fait pas. J'ai pris mon courage sur une main, ma lâcheté sur l'autre et déclaré : Monsieur Pinault, je dois en fait vous avouer que cette qualifica... est extraordinaire, historique, félicitations à vous trois ! a-t-il poursuivi. Euh...effectivement, mes talents de management portent leurs fruits même s'il ne faut pas oublier Manu qui ne connaît pas la règle du hors-jeu et Laszlo qui continue de relèguer Monterrubio, UN DES PLUS GROS SALAIRES DU CLUB, sur le banc.. J'étais pas peur fier, j'te l'dis. En récompense, il nous a offert 10 % chacun sur n'importe quel article à la FNAC. La FNAC...tiens tiens...Bölöni pouvait encore chercher, il ne trouverait pas ses lunettes. Voilà comment mon Laszlo s'est retrouvé à la boutique du FCNA. Pour me faire pardonner, je lui ai acheté l'intégrale des Monty Piteux. Manu s'est offert le bouquin Le Football pour les Nuls mais a fait un malaise après avoir découvert l'explication du hors-jeu passifacile à comprendre. Quant à moi, j'ai économisé pour m'acheter le prochain Pro Evolution Soccer et montrer à Faty qui était le Boss.

Vraiment unis pour le meilleur et pour le pire, comme ce soir où j'ai dû accorder à Manu une petite danse. Ca lui fait plaisir on dirait, mais maintenant qu'il n'est plus parmi nous, je peux vous dire que j'étais mortifié. Ca ne se voit pas, hein ?

Et Laszlo a ressorti sa veste en jean, celle avec l'écusson de l'AS Nancy Lorraine cousu au dos.

On s'éclatait vraiment bien à l'époque.