Le blog de Docteur Dréossi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 janvier 2007

Des buts ratés

Pour être franc, je ne connaissais pas grand chose à la tactique. J'ai tout oublié de mon passage à Cannes, si ce n'est ma femme. Alors j'ai écouté tous les jours "Coach Courbis" et "Larqué Foot" et mangé à Flunch, comme Aimé Jacquet. Sans oublier les conseils de Philippe Bruet, gnôme aux cheveux plaqués, et accessoirement coach de coach et journaliste.

J'ai pas tout compris, mais maintenant je sais parler à mes joueurs avec l'accent italien. On sent que Phillipe côtoie Denis Balbir. Il est capable de me citer tous les joueurs de mon équipe avec l'accent rital. Ca sert à rien mais ça fait joli.

Au niveau des transferts, je me suis un peu déchiré. Comme je ne pouvais pas mettre sur "Pause" pour réfléchir, j'ai dû recruter et laisser partir n'importe qui pour n'importe quel prix. Au début, j'ai pas trop souffert. Tous le supporters rennais avaient les yeux tournés vers l'Allemagne. Le 10 juilllet, constatant ce que j'avais fait, les supporters me sont tombés dessus. Ca faisait trois semaines qu'ils voyaient Zidane, Henry, Makélélé. Alors imagine quand ils sont retournés supporter le Stade Rennais et les Cheyrou, Briand ou Mbia, ça leur a fait un petit choc.

Ensuite, j'ai pas été aidé dans les choix de mon équipe. Bon joueur rennais = international. Joueur international = matches à la Coupe du monde. Matches à la Coupe du Monde = fatigue. Fatigue = blessure. C'est mathématique. Alors je me suis retrouvé avec Mensah, ou encore Edman blessés. Contre Lille, pour le premier match, j'ai tiré au sort les trois joueurs qui joueront en défense aux côtés de Bourillon.

Oh my god...

On enchaînait les matches, mes joueurs avaient semble-t-il compris où placer le ballon pour marquer un but mais ça ne servait à rien. Un jour, Gérard Houllier a dit : L'idée d'agrandir les buts n'est pas si ridicule que ça, mais les solutions sont autres. Les joueurs sont de plus en plus adroits. Il y a une dizaine d'années, on marquait un but sur 15 tirs, maintenant on en marque un sur 11. Parle pour toi. Comme de par hasard, il a pas accepté d'échanger Malouda et Fred contre Utaka et Briand. Si les gens savaient ce que je supporte. Les supporters se disent la même chose du Stade Rennais, c'est le problème.

Je continuerais bien à vous raconter mésaventures mais Emmanuel Cueff a quelque chose d'important à me dire.

A bientôt pour le Next Episode de Docteur Dréossi.

Roi de Rennes

Roi de Rennes. Car il faut l'admettre, actuellement : le Stade Rennais, c'est moi. Et un peu Pinault aussi. Entraîneur, manager, je sais tout faire. Plus de Bölö, beaucoup de boulot, telle est ma devise.

En froid avec plusieurs joueurs, mon bon Laszlo a quitté son bon Pierre pour le Rocher. Après Maoulida et Sorlin, je peux comprendre qu'il ait eu envie de tenter l'aventure monégasque. Avec un peu de chance, t'es éjecté l'année suivante dans un bon club. Sur le coup, j'ai pas trop percuté. Mais j'ai dû m'y faire : il fallait trouver un nouvel entraîneur.

M'énervaient les journalistes à vouloir savoir qui c'était. En plus, des entraîneurs sur le marché, ça coache pas les rues. Finalement, j'ai jeté mon dévolu sur Reynaldo Denoueix. La crème de l'entraînage. C'est pas pour rien qu'à la rubrique "panthéon" du jeu Football Manager, il est classé 2ème derrière Philippe Bergeroo. Comme ce jeu avait l'air assez resemblant à la vérité de la vraie vie, je l'ai contacté. Mais il n'a fait qu'un passage éclair dans la capitale bretonne. L'autre, il m'a demandé des garanties sur les prochains transferts. Déjà que je n'avais pas de certitudes sur le bon pied de tous mes joueurs alors sur les prochaines recrues, autant laisser tomber. Sûrement le genre de joueur qui ajoute des entraîneurs dans ses parties pour faire les recrues qu'il souhaite. S'il croit que c'est facile. Les journalistes m'ont hurlé dessus, sous prétexte que c'était un excellent technicien que j'avais laissé filer.

Les conférences dépressive s'enchaînaient sans que je puisse leur balancer le nom du nouvel entraîneur. Jusqu'au jour au jour où excédé par les questions, je leur annonçai que j'avais un scoop : Jean-Claude Suwodo allait signer à Rennes. Ca allait faire plaisir à mon prof de yoga qui rêvait d'être à la Une de Ouest-France et ça occuperait un peu les journalistes. J'étais content de mon coup mais j'ai un peu douté quand j'ai vu leur réaction. Bien qu'étant amis proches, je ne savais pas qu'il avait marqué l'histoire du FC Nantes. Me suis senti tout con en repensant à toutes mes blagues que je lui ai adressées sur le club. Heureusement que c'était un prof de yoga, finon j'aurai été à l'hofto. Bon, en fait, y'a eu un malentendu, Jean-Claude à qui j'avais annoncé la bonne nouvelle m'a fait la gueule et sans yoga, je suis passé du côté obscur de la force "Rouge et Noir."

Quelques jours plus tard, Pinault est venu me voir pour me demander qui j'avais finalement choisi comme entraîneur. Dans l'impossibilité cette fois-ci de dire que c'était Cueff, j'ai balancé Réponse D, Obi-Wan Kenobi.. Complètement paniqué. Bon, finalement, j'ai repris ma respiration, mis en pratique la leçon 3 de mes cours de yoga et déclaré : C'est moi. J'avais plus le choix. Ma carrière d'entraîneur était relancée. A l'aveuglette, mais relancée quand même, on verra bien.

La réaction de François-Henri Pinault après lui avoir fait savoir que j'allais entraîner Rennes

Finalement, même involontaire, c'est peut-être la meilleure blague de ma vie. Si Laszlo voyait ça, il serait fier.

Les trois frères

Avec Emmanuel Coiffe président, moi-même manager général et Laszlo Bölöni entraîneur, on formait une bande de joyeux lurons. Pour déconner, on a décidé lors de la saison 2004/2005 d'envoyer le club en Coupe de l'UEFA. Tu rends compte, on était vraiment insouciants à l'époque. Me souviens encore voir débouler François Pinault devant nous criant : Vous avez vraiment fait ça ? J'avais le nom de Cueff sur le bout de la langue, prêt à le dénoncer. Après tout, déconner sur le joujou d'un milliardaire, ça ne se fait pas. J'ai pris mon courage sur une main, ma lâcheté sur l'autre et déclaré : Monsieur Pinault, je dois en fait vous avouer que cette qualifica... est extraordinaire, historique, félicitations à vous trois ! a-t-il poursuivi. Euh...effectivement, mes talents de management portent leurs fruits même s'il ne faut pas oublier Manu qui ne connaît pas la règle du hors-jeu et Laszlo qui continue de relèguer Monterrubio, UN DES PLUS GROS SALAIRES DU CLUB, sur le banc.. J'étais pas peur fier, j'te l'dis. En récompense, il nous a offert 10 % chacun sur n'importe quel article à la FNAC. La FNAC...tiens tiens...Bölöni pouvait encore chercher, il ne trouverait pas ses lunettes. Voilà comment mon Laszlo s'est retrouvé à la boutique du FCNA. Pour me faire pardonner, je lui ai acheté l'intégrale des Monty Piteux. Manu s'est offert le bouquin Le Football pour les Nuls mais a fait un malaise après avoir découvert l'explication du hors-jeu passifacile à comprendre. Quant à moi, j'ai économisé pour m'acheter le prochain Pro Evolution Soccer et montrer à Faty qui était le Boss.

Vraiment unis pour le meilleur et pour le pire, comme ce soir où j'ai dû accorder à Manu une petite danse. Ca lui fait plaisir on dirait, mais maintenant qu'il n'est plus parmi nous, je peux vous dire que j'étais mortifié. Ca ne se voit pas, hein ?

Et Laszlo a ressorti sa veste en jean, celle avec l'écusson de l'AS Nancy Lorraine cousu au dos.

On s'éclatait vraiment bien à l'époque.

Curicculum vite fait

Nom : Dréossi

Prénom : Pierre

Surnom : Docteur Dréossi

Profession : entraînager du Stade Rennais football Club depuis juin 2006

L'évolution de ma carrière en photos

Actuellement entraînageur du Stade Rennais Footbll Club, je n'ai pourtant qu'un DEF (Diplôme d’Entraîneur de Football), un diplôme de formateur, un DESS Management du Sport. Mais toujours pas mon Diplome d'Entraîneur de Football Professionnel. Visiblement, certains joueurs que je dirige n'ont pas leur diplome de footballeur. On est quitte.